Sara Northrup Hollister

Sara Northrup Hollister en avril 1951

Sara Elizabeth Bruce Northrup Hollister (8 avril 1924 – 19 décembre 1997) est une occultiste qui joue un rôle important dans la création de la dianétique, inspiration de la Scientologie. Sara est la seconde épouse de L. Ron Hubbard, leader de l’Église de Scientologie.

Sara Northrup est une notable de l’Ordo Templi Orientis (OTO) de Pasadena, une société secrète fondée par Aleister Crowley. Elle a rejoint cet ordre à l’adolescence et y est appelée « Soror [Sœur] Cassap ». Entre 1941 et 1945, elle a une relation tumultueuse avec le mari de sa sœur, John Whiteside Parsons, le chef de la branche de Pasadena. Bien que populaire et engagée, elle a une réputation de perturbatrice que Crowley dénonce en l’appelant « vampire ». En 1945, elle rencontre L. Ron Hubbard à l’OTO, a une relation avec lui et s’enfuit secrètement avec les économies de l’ordre. Un an plus tard, Hubbard, bien que toujours marié avec sa première femme Margaret Grubb (en), l’épouse. Elle devient donc la seconde femme dans un mariage polygame.

De 1948 à 1951, Sara joue un rôle important dans le développement de la dianétique, définie par Hubbard comme « une science moderne de santé mentale ». Elle est auditeur personnel (en) de son mari, et avec celui-ci un des sept membres du bureau directeur d’origine de la dianétique. Leur séparation est violente : elle accuse Hubbard de violences domestiques, tandis que lui la dénigre et la dénonce plusieurs fois au FBI comme agent secret communiste. Malgré la période (maccarthysme), le FBI ne tient pas compte des déclarations d’Hubbard, le considérant comme un « malade mental ». En 1951, le mariage de Sara Northrup est définitivement rompu. Cette séparation fait les gros titres des journaux de Los Angeles. Elle épouse plus tard un ancien employé d’Hubbard, Miles Hollister, déménage à Hawaï puis au Massachusetts, où elle meurt en 1997.

Le grand-père maternel de Sara Nothrup, Malacon Kosadamanov (naturalisé en Nelson), est un immigrant russe émigré en Suède. Sa fille, Olga Nelson, mère de Sara, part de Suède pour les États-Unis et y aura cinq enfants.

Elle épouse en première noces Thomas Cowley, un britannique employé de la Standard Oil. Le couple a trois filles. En 1923, la famille emménage à Pasadena. Cette destination aurait été choisie en utilisant un Ouija. Sara est sexuellement abusée par son père, emprisonné en 1928 pour fraude financière. Elle est très tôt, sexuellement active, d’après elle, elle aurait perdu sa virginité à 10 ans.[pertinence contestée]

En 1933, à 22 ans, Helen, la sœur de Sara, rencontre Jack Parsons un chimiste expert en propulsion de fusée alors âgé de 18 ans. Jack Parsons est aussi un étudiant consciencieux et un pratiquant de l’occultisme. Helen et Jack se fiancent en et se marient en .

En 1939, l’intérêt de son beau-frère pour les sciences occultes conduit Jack Parsons, Helen et Sara à rejoindre la branche de Pasadena de l’Ordo Templi Orientis (OTO). Elle n’a encore que 15 ans quand elle emménage avec sa sœur Helen et son mari Jack. Jack Parsons possède un hôtel particulier, voisin de la maison d’Adolphus Busch (en) au 1003 South Orange Avenue à Passadena, dans lequel il a aménagé 19 appartements occupés par un mélange d’artistes, d’écrivains, et de chercheurs en sciences occultes. Les parents de Sara connaissent et soutiennent financièrement le mode de vie non-conventionnel du groupe de Jack Parsons.

En 1941, à la demande de Jack Parsons, Sara rejoint l’OTO et prend le nom de « Soror [Sœur] Cassap ». Elle gravi les échelons de l’ordre et devient membre du second degré ou, « Magicienne de l’OTO ».

En juin 1941, à 17 ans, elle entame une liaison avec le mari de sa sœur alors que celle-ci est en vacances. Elle fait une drôle d’impression[non neutre] aux autres membres de la loge ; George Pendle (en) la décrit comme : « fougueuse, non-apprivoisée, fière et entêtée, elle faisait un mètre soixante-quinze avec un corps souple, des cheveux blonds et extrêmement franche ». [pertinence contestée]

A son retour de vacances, sa sœur trouve Sara portant ses vêtements et s’appelant elle-même « nouvelle-femme » de Parsons. Une telle attitude est expressément permise au sein de l’OTO, Crowley considérant le mariage comme une « détestable institution » ; l’ordre considère comme normal l’échange de partenaires entre membres de l’OTO.

Même si l’attitude de Sara n’est pas réprouvée dans sa communauté religieuse, l’échange du rôle d’épouse entre les sœurs, conduit Sara et Helen au conflit. Parsons ne délaisse pas pour autant Helen a qui il attribue certaines qualités. Parsons se comporte différemment avec Sara et avec Helen. En face-à-face, Parsons déclare à Helen, qu’il préfère sexuellement Sara :

« C’est un fait, je n’y peux rien. Je suis mieux adapté à son tempérament – nous nous entendons bien. Votre caractère est supérieur. Vous êtes une plus grande personne. Je doute qu’elle ferait face comme vous le faites avec moi – ou me soutiendrait aussi bien ».

Quelques années plus tard, s’adressant à lui-même, Parsons se dit que son histoire avec Sara (qu’il appelle Betty) marque un moment décisif dans sa pratique de la magick :

« Betty a permis de réaliser un transfert d’Helen à une période critique… Votre passion pour Betty vous a aussi donné la force magique nécessaire à l’époque, et l’acte d’adultère teinté d’inceste, vous a servi de confirmation magique dans la loi de Thelema ».

Helen est beaucoup moins positive. Elle écrit dans son journal : « La plaie que je porte là où mon cœur devrait être ». Elle a de furieuses – parfois violentes – disputes avec Parsons et Sara puis entretien une liaison avec Wilfred Smith, le mentor de Parsons dans l’OTO. En 1943, elle accouche d’un garçon qui porte le nom de famille de Parsons mais dont le père est plus certainement Smith.

Sara tombe aussi enceinte mais avorte le . L’opération est organisée par Parsons.

Des tensions naissent dans la maison[Quand ?] tandis que des membres de l’OTO se montrent hostiles face à Sara. Aleister Crowley appelle même Sara « le chat de gouttière » après qu’une connaissance commune lui ait dit que Parsons était attiré vers elle comme « un petit chien errant collant sa truffe sur l’arrière-train d’un chat de gouttière ». Terminant son discours en la qualifiant de vampire « de forme primaire ou de démon en forme de femme » qui a cherché « à attirer le Candidat vers sa destruction ». Il prévient que Sara est un grand danger pour Parsons et la « Grande œuvre » de l’OTO en Californie.

D’autres membres de l’OTO expriment des plaintes similaires : Karl Germer (en), chef du bureau des États-Unis de l’OTO la qualifie d’« épreuve envoyée par les dieux ». Son comportement qualifié de perturbateur scandalise Fred Gwynn, un nouveau membre de l’OTO, résidant de la maison de Parsons : « Betty utilisait des méthodes invraisemblables pour perturber les réunions générales [de l’OTO] organisée par Jack. Si elle n’arrivait pas à annuler les réunions en organisant des rencontres avec des personnes-clefs elle, ou son cercle d’amis, sortait dans un bar et ne cessait d’appeler en demandant à certaines personnes de venir au téléphone ».

En , à 21 ans Sara rencontre pour la première fois L. Ron Hubbard qui en a 34. Il n’est encore qu’un écrivain de science-fiction publiant dans des magazines bon marché (pulp fiction) et dont la carrière a été suspendue par la guerre. Il visite la maison de Parsons à la demande de Lou Goldstone, un célèbre illustrateur de science-fiction, pendant une permission de l’US Navy et cherche à passer pour un militaire émérite.

Parsons semble apprécier immédiatement Hubbard et l’invite à rester dans la maison pour la durée de son congé. Hubbard a rapidement une histoire avec Sara, non sans avoir d’abord eu « une histoire avec une fille après l’autre dans la maison ». Il a une silhouette impressionnante surmontée par des lunettes noires et une canne avec une poignée en argent, dont la nécessité proviendrait de son expérience militaire. Sara déclara plus tard : « Il n’était pas seulement un écrivain, c’était aussi le capitaine d’un navire coulé dans la Pacifique. Il a a passé dans semaines sur un radeau, rendu aveugle par le Soleil, son dos a été cassé ». Elle est persuadée de tout ça, mais toutes ses affirmations — bravoure de guerre et blessures — ne sont que des affabulations d’Hubbard.

Parsons est profondément touché par la situation mais il tente de faire bonne figure. Il informe Aleister Crowley :

« Il y a environ trois mois, j’ai rencontré le Capitaine L. Ron Hubbard, un écrivain et explorateur dont j’avais déjà entendu parlé… C’est un gentleman ; il a les cheveux roux, les yeux verts, est honnête, intelligent water bottle buy online, et nous sommes devenus de grands amis. Il a emménagé dans ma maison, il y a environ deux mois et bien que Betty et moi ayant toujours de l’affection, elle a transféré son affection sexuelle à Ron.

Je pense avec fait un magnifique bénéfice. Betty et moi, sommes toujours les meilleurs amis, il n’y a donc que peu de pertes. Je me suis attaché à elle assez profondément mais je ne désire pas contrôler ses émotions, et je peux, je l’espère, contrôler les miennes. J’ai besoin d’un partenaire en magick. J’ai tellement d’expériences à réaliser. ».

Hobbard devient le « partenaire magick » de Parsons dans des rituels de sexe magick dont l’objectif est de convoquer une déesse. Bien qu’ils s’entendent mieux que d’autres occultistes, les tensions entre les deux hommes étaient apparentes dans leur vie privée. Hubbard et Sara ne faisaient pas de secret de leur relation. Un habitant de la maison de Parsons décrit comment il a vu Hubbard « dépasser la générosité de Parsons, s’affichant avec sa petite amie, juste en face de lui. Des fois, quand ces deux là étaient ensemble à table, leur hostilité était presque visible ».

Malgré les tensions entre les deux, Hubbard, Sara et Parsons se mettent d’accord en 1946 pour se lancer ensemble en affaire. Ils achètent des bateaux sur la Côte est et naviguent jusqu’en Californie, où ils vendent le bateau et font un profit. Ils commencent leurs affaires le , sous le nom Allied Enterprises. Parsons investi 20 000 $ dans l’entreprise, Hubbard ajoute 1 200 $ et Sara n’ajoute pas de capital. Vers la fin du mois d’avril, Hubbard et Sara quittent la Floride avec 10 000 $ provenant d’Allied Enterprises pour acheter le premier yacht de la société. Les semaines passent, pas de nouvelles d’Hubbard. Louis Culling, un membre de l’OTO, écrit à Karl Germer pour expliquer la situation :

« Comme vous le savez peut-être déjà, Frère John a signé un accord de partenariat commercial avec ce Ron et cette Betty dans lequel toutes leurs économies sont partagées également entre les trois. Pour autant que je sache, Frère John y a mis en tout son argent… Alors que, Ron et Betty ont acheté un bateau pour eux-mêmes à Miami pour environ 10 000 $ et vivent une vie de rêve, tandis que Frère John est au bord du trou. Il semble que, dès l’origine, ils n’ont jamais eu l’intention d’amener ce bateau sur la côte californienne pour le vendre, comme promis à Jack, mais plutôt de l’utiliser pour s’amuser sur la côte est. ».

Louis Culling ayant informé Karl Germer. Karl Germer informe Crowley. Crowley répond :

« Il m’a été communiqué une information sur notre fraternité en Californie. Parsons aurait eu une illumination par laquelle il aurait perdu tout ces biens. D’après nos frères, il a perdu sa copine et son argent. Apparemment, il s’agit d’une arnaque ordinaire. ».

Au début, Parsons tente d’obtenir réparation de son préjudice en utilisant la magie. Il invoque un « rituel de bannissement du Pentagramme (en) » pour punir Hubbard et Sara. Il attribua à son sort, l’échec du couple d’une tentative de lui échapper :

« Hubbard a tenté de me échapper en naviguant à 17 heures. J’ai donc effectué une évocation complète à Bartzabel [l’esprit de Mars ou la guerre] dans le cercle à 20 heures. Dans le même temps, pour autant que je puisse vérifier, son navire a été frappé par un coup de vent au large des côtes, qui a arraché ses voiles et le força à retourner au port, où je pris le bateau en gage … Ici, je suis à Miami poursuivant les enfants de ma folie ; ils ne peuvent pas partir sans aller en prison. Cependant, je crains que la plupart de l’argent n’ai déjà été dissipée ».

Plus tard, Sara se souviendra que le bateau a été gravement endommagé par un ouragan dans le Canal de Panama, rendant le trajet jusqu’en Californie impossible.

Par la suite, Parsons utilisa des moyens plus conventionnels. Le , il poursuivit le couple devant la court du comté de Dade. Dans son mémoire, il accuse Hubbard et Sara d’avoir enfreint les clauses de leur partenariat en dissipant les actifs en commun et en tentant de s’enfuir. Sept jours plus tard Yellow Women Dresses, l’affaire est réglée en-dehors des tribunaux. Hubbard et Sara acceptent de rendre une partie de son argent à Parsons. Parsons accepte de leur laisser le navire nommé Harpoon. Le bateau est rapidement vendu pour soulager les dettes du couple. Sara réussi à dissuader Parsons de les poursuivre en justice en menaçant de révéler leur relations passée qui a commencée alors qu’elle était encore mineure.

La relation d’Hubbard avec Sara, bien que commencée à l’âge légal, causait bien du souci aux amis d’Hubbard ; Virginia Heinlein, la femme de l’écrivain de science-fiction, Robert Heinlein, considérait Hubbard comme « un cas très triste de dépression d’après-guerre » et Sara comme sa « dernière tigresse mangeuse d’homme ».

Ces tentatives pour obtenir une meilleure pension du Département des Anciens combattants des États-Unis révèlent ses difficultés financières. Il déclare être victime d’une variété de maux différents qui l’empêcheraient de trouver un travail. Il persuade Sara de se présenter comme une vieille amie pour appuyer ses demandes par écrit. Dans une de ces lettres, elle affirme de manière mensongère, « connaître Lafayette Ronald Hubbard depuis de nombreuses années » et décrit son supposé état de santé d’avant-guerre. Ses problèmes de santé et émotionnels sont révélées par un autre document, plus privé, surnommé Les Affirmations (en). Il doit avoir été écrit entre et dans le cadre d’un programme d’auto-hypnose. Le point le plus intéressant du document dévoile ses difficultés sexuelles avec Sara, qui l’obligent à prendre des compléments de testostérone.

Il écrit :

« Sara, ma tendre amie, est jeune, belle et désirable. Nous sommes heureux ensemble. Je la satisfait physiquement jusqu’à qu’elle pleure à la moindre séparation. Je la désire toujours. Mais j’ai 13 ans de plus qu’elle. Elle a du sex-appeal. Ma libido est si basse, je la regarde dénudée. »

Vers la même époque, il demande Sara en mariage. D’après les souvenirs de Sara, elle a refusé à plusieurs reprises, il menaça donc de se suicider. Elle lui répondit : « D’accord, je vous épouse, si cela peut vous sauver ». Le , au milieu de la nuit à Chestertown, Maryland, ils se marient. Pour cela, ils réveillent le pasteur et sa femme et demandent à la gouvernante à devenir leur témoin. Ce fut bien plus tard que Sara découvrit qu’Hubbard n’avait jamais divorcé de sa précédente femme, Margaret ”Polly” Grubb (en). Hubbard devient donc polygame. Ironiquement, la cérémonie eu lieu à seulement 30 miles de la ville, où Hubbard avait épousé sa première femme, treize ans auparavant.

La noce fut critiquée par L. Sprague de Camp, un autre auteur de science-fiction, collègue d’Hubbard, il suggéra au Heinlein — qui critiquait déjà la relation entre Sara et L. Ron — qu’il supposait que :

« Polly était bien ennuyeuse de ne pas lui accorder le divorce pour qu’il puisse se marier avec six autres filles toutes chaudes et humides. Combien de filles est en droit d’avoir un homme dans sa vie ? Peut-être devrait-il se réincarner en lapin ? ».

Le couple déménagea plusieurs fois l’année suivante – d’abord à Laguna Beach, puis à l’Île Santa Catalina, à New York, à Stroudsburg et enfin, dans la maison de la première femme d’Hubbard à South Colby, Washington (en). Polly Hubbard avait demandé le divorce pour abandon de domicile et abandon de famille. Elle n’était pas au courant que son futur ex-mari vivait avec Sara et encore moins qu’il l’avait épousée. L’arrivée d’Hubbard et de Sara, trois semaines après le divorce, a profondément scandalisé la famille de Hubbard, qui désapprouve le traitement imposé à Polly. Sara ne savait pas que Hubbard avait déjà été marié, ni pourquoi les gens la traitaient de manière si étrange, jusqu’à ce que son fils, L. Ron Hubbard Jr. (en), lui raconte que ses parents étaient encore mariés. Elle tenta de fuir sur un ferry, Hubbard la rattrapa, et la convainquit de rester, affirmant qu’il était en train d’obtenir un divorce et qu’un avocat lui avait dit que son mariage avec Sara était légal. En , le couple emménage dans une remorque louée à North Hollywood, dans laquelle Hubbard passe son temps à écrire des histoires pour des magazines de science-fiction.

Leur relation n’était pas parfaite. D’après Sara, Hubbard commença à la battre quand ils s’installèrent en Floride à l’été 1946. Le père de Sara venait de mourir et le chagrin de Sara semblait exaspérer Hubbard qui cherchait à relancer sa carrière d’écrivain laissée de côté depuis la guerre. Il était en conflit avec un groupe d’écrivains et faisait pression sur Sara pour qu’elle lui fournisse des idées de romans, voire qu’elle l’aide à rédiger certaines histoires. Elle dira plus tard : « Je cherchais à l’amuser avec des intrigues qu’il reprenait dans ses romans. J’aime inventer des histoires. La série Ole Doc Methuselah a été faite comme ça. ». Une nuit, quand ils habitaient à Stroudsburg à côté d’un lac gelé, Hubbard la frappa au visage avec son pistolet calibre .45. Elle déclara plus tard : « Je me suis levée, je suis sortie de la maison, j’ai marché sur le lac glacé car j’étais terrifiée. ». Malgré le choc et l’humiliation, elle se sentit obligée de revenir avec Hubbard. Il était très déprimé et la menaça plusieurs fois de se suicider. Sara croyait : « Il doit beaucoup souffrir, sinon il n’agirait pas ainsi ».

En , Hubbard est condamné pour vol mineur à San Luis Obispo, le couple déménage à Savannah en Géorgie. Hubbard informe son ami, Forrest J. Ackerman, qu’il a acquis un dictaphone dans lequel « elle enfermait son esprit » transcrivant non seulement des romans mais aussi son livre sur « la cause et le remède de la tension nerveuse ». Ceci devient finalement, la première version du livre d’Hubbard, Dianetics: The Modern Science of Mental Health (en) , qui marqua la fondation de la Dianétique puis de la Scientologie.

La version finale du livre Dianetics est écrite à Bay Head, New Jersey dans un chalet fournit par l’éditeur de science-fiction, John W. Campbell. Sara, au début de sa grossesse, semble ravie de son nouveau lieu de résidence. En trois ans de mariage avec Hubbard, elle a habité dans sept États différents et n’est jamais restée plus de quelques mois dans le même endroit. Elle accouche le d’une fille, Alexis Valerie. Un mois plus tard, Sara est nommée directrice de la toute nouvelle fondation pour la recherche dianétique Hubbard à Elizabeth, New Jersey, une organisation fondée pour promouvoir la connaissance de la dianétique. Les Hubbard déménagent dans une nouvelle maison à Elizabeth près de la fondation. Sara devient l’auditeur personnel (en) de son mari (conseillère en dianétique) qui la nomme première personne dianétiquement « Claire ».

Publié en , Dianetics bat des records de vente. 2 mois après sa sortie en librairie plus de 55 000 exemplaires du livre sont vendus et 500 groupes de dianétique sont formés à travers les États-Unis. La fondation pour la dianétique avait d’importantes rentrées d’argent mais les problèmes étaient déjà manifeste : l’argent entrait aussi vite qu’il sortait ; ni la gestion financière, ni les dépenses d’Hubbard n’étant réellement contrôlées. Sara se souvient : « Il se déplaçait avec beaucoup d’argent dans sa poche. Je me souvient être passée devant un concessionnaire Lincoln, j’admirais une de ces grosses Lincoln qu’il avait. Il marcha droit dans sa direction, et me l’acheta, en liquide ! ».

En , les affaires financières de la fondation avaient atteint le paroxysme de la crise. D’après l’assistante des relations publiques d’Hubbard, Barbara Klowdan, Hubbard est devenu de plus en plus paranoïaque et autoritaire en raison de « problèmes politiques et organisationnels avec des personnes cherchant à s’approprier du pouvoir ». Cette assistante, alors âgée de 20 ans, était aussi sa maitresse, au grand dam de Sara, qui était clairement au courant de la liaison. Klowdan se souvient que Sara : « était vraiment hostile à moi. Nous parlions d’armes et elle me dit que j’étais du genre à utiliser un Saturday night special (en) [une arme pas chère, utilisée par les drogués] ». Un soir, Ron organise un repas avec lui accompagnée de sa femme et Klowdan, accompagnée de Miles Hollister, un instructeur de la fondation de dianétique de Los Angeles. Le diner ne pris pas fin comme il le voulait ; Sara commença une liaison avec Hollister, un beau jeune-homme de 22 ans, ayant fait des études supérieures, et sportif classé.

Le mariage battait de l’aile. Sara et Hubbard se disputaient souvent, et son comportement violent envers elle ne faiblit pas. Une fois, alors que Sara était enceinte, Hubbard la frappa plusieurs fois de suite dans le ventre avec la volonté — infructueuse — de provoquer un avortement. Elle témoigne ; « avec ou son raison, il avait toujours des irruptions de violence. Les veines de son front gonflaient et il me frappait tout d’un coup, brisant mon tympan d’un seul coup. Je me sentais si coupable, il devait être psychologiquement ravagé. Il avait tant donné pour notre pays et je n’arrivais même pas à lui procurer la tranquillité de l’esprit. Je croyais profondément que c’était un homme d’honneur, qu’il avait sacrifié sa santé à la Nation… Il ne m’a jamais avoué qu’il avait menti ». Il m’a dit qu’il ne souhaitait pas se marier car « je peux acheter mes ami[e]s quand je les désire » mais qu’il ne pourrait divorcer, car la stigmatisation nuirait à sa réputation. Il lui déclara, que si elle l’aimait vraiment, elle n’avait qu’à se suicider.

Klowdan se souvient ; « Il était très négatif vis-à-dis de sa femme. Il m’a raconté comment il m’a rencontré Sara. Il m’a dit qu’il est allé à une fête, il a bu et quand il s’est réveillé le matin, il a trouvé Sara dans le lit avec lui. Il avait de nombreux problèmes avec elle. Je me souviens qu’il m’a dit que j’étais la seule personne qui savait qu’il serrait mis une tente de soie blanche pour lui. Je fus un peu surprise, quand un dimanche soir, avec moi dans la voiture, sur le chemin du retour de LA, il s’arrêta chez un fleuriste et achta des fleurs pour sa femme ». En , Sara fit une tentative de suicide médicamenteuse. Hubbard accuse Klowdan d’être responsable de cette tentative, et lui dit de l’oublier, lui et la fondation. Un mois plus tard, il retourne avec Klowdan.

En , Hubbard fait une tentative pour sauver son mariage. Il invite Sara et on bébé Alexis, à Palm Springs, où il loue une maison. La situation redevient rapidement tendue. D’après Richard de Mille, neveu du réalisateur Cecil B. de Mille : « Il y avait de nombreux troubles et dissensions au sein de la fondation à l’époque. Il continuait à accuser les communistes de vouloir prendre le contrôle et avait des difficultés avec Sara. Il était clair que leur mariage se disloquait : elle devenait très critique envers lui, et, il m’a dit qu’elle couchait avec Hollister, il n’avait plus confiance en elle ». Hubbard accompagné de Mille et un autre dianétiste, Dave Williams, tentent de la convaincre de rester avec lui. John Sanborne, employé d’Hubbard pendant de nombreuses années raconte :

« Plus tôt (avant le divorce) il a fait une tentative stupide pour laver le cerveau de Sara et qu’elle fasse ce qu’il dit. Il l’a attachée sur une chaise, l’empêchant de dormir, essayant d’utiliser sur elle les principes de la dianétique noire. Lui répétant encore et encore, ce qu’il voulait qu’elle fasse. Des choses comme : Soit une bonne épouse, ait une gentille famille, ne divorce pas. Ou d’autres trucs. Il y avait Dick de Mille, à côté d’elle, pour réciter jour et nuits, ces phrases ».

Sara est allée voir un psychiatre pour obtenir un avis médical sur le comportement de plus en plus violent et irrationnel d’Hubbard. On lui a répondu qu’il avait probablement besoin d’être hospitalisé et qu’était en danger. Elle donna à Hubbard un ultimatum : fais-toi soigner ou je pars avec le bébé. Il était furieux et menace de tuer Alexis plutôt que de laisser Sara s’en occuper : « Il ne voulait pas qu’elle soit élevée par moi parce que j’étais en cheville avec les médecins. Il pensait que j’avais offert aux psychiatres, aux diables ». Le , elle quitte Palm Springs, laissant Hubbard expliquer que Sara : « ll’aviat hypnotisée dans son sommeil, et ordonné de ne pas lui écrire ».

Trois semaines plus tard, Hubbard enlève Sara et Alexis. La nuit du , Sara sort au cinéma et confie sa fille à John Sanborne. Hubbard vient et prend l’enfant. Quelques heures plus tard, il retourne avec deux des membres de l’équipe de la dianétique et déclare à Sara, rentrant dans son appartement : « Nous avons Alexis et vous ne la reverrez jamais vivante, sauf si vous venez avec nous ». Elle est conduite à l’arrière d’une voiture à San Bernardino, Californie, où Hubbard tente de trouver un médecin pour examiner sa femme et la déclarer folle. N’arrivant pas à son but, il la relâche à l’aéroport international de Yuma (en) à la frontière de l’Arizona. Il lui promet de lui dire où est Alexis si elle signe un papier disant qu’elle est partie avec lui volontairement. Sara s’exécute mais Hubbard ne tient pas promesse et s’envole pour Chicago, où il a trouvé un psychologue pour écrire un rapport favorable sur son état mental et réfuter les accusations de Sara. Au lieu de dire à Sara où est Alexis, il lui téléphone et lui dit : « Je l’ai coupée en petit morceaux que j’ai jetés dans la rivière. J’ai vu ces petits bras et ces petites jambes flotter dans la rivière. C’est de ta faute, tu n’aurais pas dû me quitter ».

Ensuite, Hubbard retourne au siège de la fondation à Elizabeth, New Jersey. Il écrit une lettre informant le FBI que Sara et son amant, Miles Hollister (qu’il a exclus de la fondation, et d’après Hollister, menacé de tuer) sont parmi la quinzaine de « reconnus ou suspectés communistes » de son organisation. Il écrit :

« SARA NORTHRUP (HUBBARD) : anciennement au 1003 S. Orange Grove Avenue, Pasadena, Calif. 25 ans, 5’10”, 140 lbs. Actuellement recherchée, quelque part en Californie. Suspect uniquement. Est amicale avec de nombreux communistes. Actuellement intime avec eux, mais manifestement sous la contrainte. Toxicomane depuis l’automne 1950. J’ai appris tout cela il y a quelques semaines. Séparation et divorce en cours.

MILES HOLLISTER : Quelque part dans les environs de Los Angeles. De toutes évidences instigateur principal et très jeune. Environs 22 ans, 6′, 180 lbs. Cheveux noirs. Menton aiguisé, front large, type slave. A admis être un membre des jeunesses communistes. Origine de la plus part des perturbations de notre organisation. Renvoyé en février quand sympathies découvertes. Actif et dangereux. Se déplace armé. Clairement déloyal aux États-Unis ».

En mars, Hubbard envoie une autre lettre. Il raconte au FBI que Sara est une communiste et une drogué. Il offre 10 000 $ de récompense à la personne qui résoudra les problèmes de Sara à l’aide de la dianétique.

De retour à la maison, Sara dépose une plainte pour enlèvement dans un commissariat de Los Angeles, où l’affaire est traitée comme une simple dispute familiale. Elle recherche Alexis, toute seule pendant 6 semaines, puis dépose un writ (en) d’habeas corpus en auprès de la court supérieure de Los Angeles (en), demandant le retour d’Alexis. L’affaire fait immédiatement les gros titres des journaux : « Le fondateur d’un culte accusé d’enlèvement d’enfant », « Le dianéticien Hubbard accusé du complot pour enlèvement de sa femme », et « L’auteur de la dianétique accusé d’avoir dissimulé son bébé ». Hubbard s’envole pour Havana, Cuba, où il écrit une lettre à Sara :

« Chère Sara

Je suis hospitalisé dans un hôpital militaire cubain. La semaine prochaine, je serai transféré aux États-Unis comme scientifique secret immunisé contre toutes les interférences.
Je serai donc hospitalisé longtemps, Alexis est très bien soignée. Je la vois tous les jours. Elle est ma raison de vivre.
Mon esprit n’a jamais cédé sous le poids de tout ce que vous avez fait et avez laissé faire, mais mon corps si.
Mon côté droit est paralysé et la paralysie s’étend. J’espère que mon cœur tiendra. Peut-être que je vivrai longtemps, ou pas. Mais la dianétique vivra encore 10 000 ans – maintenant que l’armée et la Navy l’utilisent.
J’ai changé mon testament. Alexis héritera de ma fortune si elle reste avec moi ; si elle va avec vous, elle n’aura rien. J’espère vous voir une dernière fois.
Au revoir – Je vous aime.

En réalité, pendant ce temps, Hubbard fait une demande infructueuse d’assistance auprès de l’attaché militaire de la Havane. L’attaché ne fait pas droit à la demande. Il a interrogé le FBI pour un complément d’informations. On lui répond qu’Hubbard a été interrogé mais que « l’agent responsable de l’entretien, considère Hubbard comme un cas psychiatrique ». Le , Barbara Klowdan écrit dans son journal qu’Hubbard qui lui a téléphoné de Wichita et dit qu’« il n’était pas légalement marié. Sa première femme n’a pas obtenu le divorce avant 1947 et il s’est marié en 1946. D’après lui, Sara était une droguée qui avait été à Tahatchapie (une prison pour femme dans le désert) ». Quelques jours plus tard — toujours marié à Sara — il demande Klowdan en mariage.

Sara demande le divorce le , accusant Hubbard d’être « d’une extrême cruauté et lui avoir provoqué une grande angoisse mentale et de la souffrance physique ». Ces accusations enflamment les journaux : non seulement Hubbard est accusé de bigamie et d’enlèvement mais sa femme aurait été « méthodiquement et scientifiquement torturée par privation de sommeil, coups et strangulations ». En raison de sa « folle inconduite » elle était dans « la peur permanente de perdre la vie et celle de sa fille, qu’elle n’avait pas vu depuis deux mois ». Elle a consulté des médecins qui « en ont conclu — d’après ses affirmations — que Hubbard était désespérément fou dangereux, qu’il n’y avait aucun espoir, et aucune raison pour elle d’en endurer plus. Ils ont recommandé qu’Hubbard soit conduit dans un sanatorium privé pour être mis en observation psychiatrique et traité pour la maladie mentale connue sous le nom de schizophrénie paranoïde ».

L’avocat de Sara est une étoile montante du barreau de Californie nommée « Caryl Warner », qui surveille les intérêts de sa clients en la défendant aussi du côté des médias. L’affaire doit faire le plus de bruit possible. Il fait donc venir des femmes-journalistes judiciaires du Los Angeles Times et de l’Examiner, qui sont connues pour être des féministes de la première heure. Plus tard, il déclarera au biographie non-officiel d’Hubbard, Russell Miller :

« J’aime beaucoup Sara et Miles. Ils souhaitaient se marier, avoir une maison à Malibu et nous sommes devenus amis. Il n’y avait pas de formalités entre nous. Je suis sûr de la vérité de ce que m’a raconté Sara, il n’y a aucune zone d’ombre. Quand elle est venue la première fois cette horrible histoire disant que son mari avait enlevé son bébé, j’étais déterminé à l’aider autant que je pouvais. J’ai téléphoné à l’avocat d’Hubbard à Elizabeth et je l’ai averti : Écoute, trou du cul, si tu ne lui rends pas son bébé, je vais te faire brûler. ».

La demande en divorce contenant l’argumentation de Sara provoqua un déluge de mauvaise publicité pour Hubbard. Mais plus inattendu, elle suscita aussi une lettre de sa première femme, Polly, à Sara :

« Si je peux aider d’une quelconque façon, j’apprécierais – Vous devriez avoir la garde d’Alexis – Ron n’est pas normal. J’avais espéré que vous pourriez le soigner. Vos accusations semblent non crédibles pour une personne ordinaire – mais je suis passée par là – les coups, les menaces de mort, tous les traits sadiques dont vous l’accusez … Merci de me croire, je veux vous aidez à récupérer Alexis ».

En , Sara dépose une nouvelle plainte contre Hubbard, l’accusant de s’être enfuit à Cuba pour cacher des papiers des papiers de divorce que Sara aurait pu obtenir. Avec le temps, cependant, il a déménagé à Wichita, Kansas. L’avocat de Sara, dépose une nouvelle requête, demandant le gel des actifs qu’Hubbard à pu « cacher » à Wichita « mais qu’il aurait voulu ne pas être détecté avant qu’il quitte la ville ». Hubbard a écrit une lettre au FBI dénonçant Sara en tant qu’agent secret communiste. Il accuse les communistes de détruire son commerce, ruiner sa santé et de retenir des preuves qui pourrait intéressées le gouvernement américain. Ses malheurs son causés par « une femme nommée Sara Elizabeth Northrup… que j’ai cru être ma femme, l’ayant épousée et, après un micmac sur un divorce, croyais être ma concubine ». Il accuse Sara d’avoir conspirer son assassinat et décrit comment il a trouvé les lettres de Miles Hollister, « un membre des jeunesses communistes » à sa femme. Le réel motif de divorce de sa femme, déclare-t-il, est de prendre le contrôle de la dianétique. Il presse le FBI d’ouvrir une enquête sur « cette vermine communiste ou ex-communiste », en commençant par enquêter sur Sara :

« Je crois que cette femme est sous grande influence. Elle est née dans un climat criminel, son père a un casier judiciaire. Sa demi-sœur a été détenue dans un asile de fous. Elle a été membre d’une communauté prônant l’amour libre à Pasadena. Elle été en couple avec Jack Parsons, l’expert en propulsion de fusée durant la guerre quand elle l’a laissé, il est devenu une épave. De plus, grâce à Parsons, elle était étrangement intime avec de nombreux scientifiques de Los Alamo Gordos [ Alamogordo au Nouveau-Mexique est le lieu de test de la première bombe atomique ]. Je ne savais pas, ou plutôt je n’avais pas réaliser ses choses avant que je ne penche sur la question. Elle doit avoir un dossier… Peut-être dans vos dossier criminels, ou dans le registre de police de Pasadena, vous allez trouver Sara Elizabeth Northrop, environ 26 ans, née le , environ 5’9″, cheveux blonds-brun, mince,… Je n’ai ni motif ni envie de à me venger, je cherche à prendre du recul sur cette affaire. Je crois qu’elle est sous contrainte, ils doivent avoir quelque chose sur elle, je crois que si sous interrogatoire musclé, elle parlerais et ne nierais plus les évidences. ».

Heureusement pour Sara — cette période voit l’apogée du Maccarthysme et de la peur rouge — les allégations d’Hubbard semblent être ignorées par le FBI, qui a reçu sa lettre mais ne réalisa pas d’enquête complémentaire. En , elle obtient finalement la promesse du retour d’Alexis en échange de l’annulation de sa demande de séquestre et de sa demande en divorce en Californie pour un divorce « garanti par L. Ron Hubbard ». Elle le rencontre à Wichita pour résoudre la situation. Il lui dit qu’elle était dans un « état de folie complète » contrainte par l’hypnose d’Hollister et de sa « cellule communiste ». Jouant le jeu, elle lui répond, qu’il a raison et que le seul moyen pour qu’elle échappe à son pouvoir est de divorcer. Il lui réplique : « Tu sais, je suis un personnage public et toi, t’es rien. Alors si tu vas jusqu’au divorce, je t’accuse d’abandon, ça ne fera pas de mal à ma réputation ». Elle accepte de signer l’accord, rédigé par Hubbard lui-même, elle rétracte les allégations qu’elle a fait au cours de la procédure :

« Moi, Sara Northrup Hubbard, déclare par la présente, que les choses que j’ai dit sur L. Ron Hubbard au tribunal et dans les journaux ont été largement exagérées ou sont entièrement fausses.

L. Ron Hubbard est un homme raffiné et intelligent, et je n’en ai jamais pensé autrement.
Je signe cette déclaration de ma propre volonté car j’ai réalisé que j’avais blessé la science de la dianétique, qui d’après mes recherches est le seul espoir de santé mentale des générations futures.
J’étais sous l’influence du stress et mes conseillers ont insisté sur le fait qu’il est nécessaire pour moi de faire cette action.
Il n’y a aucune autre raison à cette déclaration que mon propre désir d’expier les dommages que je peux avoir fait. Dans l’avenir, je souhaite mener une existence calme et ordonnée avec ma petite fille loin des influences enturbalantes qui ont ruinées mon mariage.
Sara Northrup Hubbard »
.

Interrogée 35 ans plus tard, Sara déclara qu’elle avait signé la déclaration car « je pensais qu’en faisant ça, il me laisserais tranquille avec Alexis. Il était affreux. Je voulais juste me libéré de lui ! »

Le , Hubbard obtient l’enregistrement du divorce par la cour du comté de Sedgwick aux torts de Sara pour « manquement a ses devoirs et extrême cruauté » ayant causé à son futur ex-mari « une dépression nerveuse et une détérioration de sa santé ». La cour n’apporte aucune preuve de sa déclaration mais confie la garde d’Alexis à sa mère et lui octroie une pension alimentaire de 200 $. Elle quitte Wichita, dès qu’Alexis lui est confiée. Les retrouvailles avec sa fille, sont incertains jusqu’à la dernière minute. Hubbard a des doutes, il ne sait pas s’il doit laisser sa fille partir. Il conduit néanmoins Sara et Alexis à l’aéroport local. Sara le convainc que les idées instillées par les communistes disparaitront avec le vol : « Bien, je dois suivre leurs ordres. Faut juste que j’aille à l’avion ». Elle avait tellement accumuler de tension nerveuse, qu’arrivée à l’aéroport elle a oublié les vêtements de sa fille et de sa propre valise et une des chaussures d’Alexis est tombée quand elle se précipita dans l’avion. « J’ai couru dans l’aérodrome, à travers les pistes, sur la passerelle et j’ai pris l’avion. C’était le , c’était le plus beau jour de ma vie ».

Après son divorce d’Hubbard, Sara se marie avec Miles Hollister et achète une maison à Malibu, Californie. Hubbard continue à développer la dianétique (qui, donnera naissance à la Scientologie), et rencontre sa troisième et dernière femme, Mary Sue, à la fin de , c’est-à-dire quelques mois après son divorce. La controverse faite par son divorce entamera définitivement sa réputation. Il cherchera à expliquer à ses disciples, qu’il a été victime des machinations de son ex-femme. Parlant aux dianétistes après son divorce, Hubbard blamera les ennemis extérieurs de l’ombre pour cette mauvaise publicité : « Nous avons survécu aux dents du broyeur, aux médias. Tous les moyens ont été réunis pour massacrer ma réputation personnelle. Une jeune fille est presque morte pour cette cause. Ma femme Sara ». Au cours de l’été 1951, il explique son envol pour Cuba, par la volonté d’échapper aux violentes attaques de Sara : « Il a beaucoup parlé de Sara. Quand elle s’est enfuie avec un autre homme, Ron les a suivi. Ils l’ont enfermé dans une chambre d’hôtel, et mis de la drogue dans son nez mais il a réussi à s’échapper en se rendant à Cuba ». Il présente ces problèmes matrimoniaux comme étant entièrement de la faute de Sara et de son amant, Miles :

« L’argent et la gloire obtenus par la dianétique était beaucoup importants pour ceux avec qui j’ai eu le grand malheur de m’associer… y compris, cette femme qui s’est présentée comme ma femme et qui a été soignée de ses importantes psychoses par la dianétique, mais qui, en raison des dégâts irréparables causés à son cerveau ne sera jamais totalement saine d’esprit. … manteaux de fourrures, voitures Lincoln, et un jeune homme sans aucune notion d’honneur ont vite fait de tourner la tête d’une femme qui s’était associée à moi dans la découverte de ces affaires, elle et les autres, assoiffés d’argent et de pouvoir, ont cherché à prendre le contrôle complet de la dianétique ».

Plusieurs années plus tard, une autre de ces disciples, Virginia Downsborough, se souvient que durant le milieu des années 1960, il « parlait beaucoup de Sara et semblait vouloir s’assurer que je savais qu’il n’avait jamais été marié avec elle. Je ne savais pas pourquoi c’était si important pour lui ; je n’avais jamais rencontré Sara et ça ne m’intéressait absolument pas, mais il voulais me convaincre que ce mariage n’avait jamais eu lieu. Quand il parle de sa première femme, l’image qu’il emploie est celle d’un pauvre bougre rentrant chez lui après la guerre et abandonné par sa femme et sa famille car il était considéré comme un poids pour eux » A cette femme, il se déclare lui-même comme « une perpétuelle victime des femmes ».

L’écrivain, Christopher Evans, note que : « Le souvenir de cet incident semble être si douloureux que L. Ron a plus d’une fois nié s’être jamais marié avec Sarah Northrup ». Il cite comme exemple, « cet étrange effacement de sa mémoire de Sara Northrup » dans un entretien en pour la chaîne britannique ITV Granada. Entretien dans lequel Hubbard niera avoir eu une seconde femme entre sa première, Polly, et sa dernière, Mary Sue :

HUBBARD : « Combien de fois j’ai été marié ? 2 fois. Et je suis très heureux en ménage. J’ai une charmante femme et j’ai quatre enfants. Ma première femme est morte. »

JOURNALISTE : « Qu’est-il arrivé à votre seconde femme ? »
HUBBARD : « Je n’ai jamais eu de seconde femme. ».

Le journaliste commente : « Ce que Hubbard a dit est faux. C’est un détail sans importance mais il a eu trois femmes… Ce qui est important est, que ces disciples étaient là quand il a menti, qu’importe la preuve contraire que l’on apporterais, ils ne la croirais pas. ». Hubbard donna aussi son point de vue sur ces liens avec Jack Parsons et l’OTO. En , le Sunday Times (journal du Royaume-Uni) publie une déclaration à ce sujet, la déclaration est signée par l’Église de Scientologie mais rédigée par Hubbard lui-même :

« Hubbard a détruit la magie noire en Amérique … Ron Hubbard était bien connu comme écrivain et philosophe et avait des amis parmi les physiciens, il a donc été envoyé en tant qu’officier de la marine américaine pour gérer la situation. Il est allé vivre à la maison pour étudier les rites de magie noire et la situation générale, il trouva ceux-ci très mauvais. La mission de Hubbard a réussi bien au-delà de toute attente. La maison s’est déchirée. Hubbard a sauvé une jeune fille qu’ils utilisaient. Le groupe de magie noire a été dispersée et détruit, il n’a jamais récupéré ».

Seulement quelques mois plus tard, il présente Sara a son équipe comme la participante d’« une opération secrète d’envergure » dirigée contre la dianétique et la scientologie par un ennemi « totalitariste communiste ». Dans un mémo, daté du , il écrit que l’opération a commencé avec de mauvaises critiques du livre Dianetics, puis est « monté en puissance par la soi-disant action en divorce de Sara Komkovadamanov (alias Northrup)… À l’origine de tout ceci, il y a Miles Hollister (étudiant en psychologie) et Sara Komkosadamanov (femme de ménage chez un physicien nucléaire habitant près de Caltech) »

En , Sara et Hollister déménagent à Maui, Hawaii. La fille de Sara, Alexis, âgée de 32 ans, cherche à prendre contact avec son père. Sa demande est refusée par une déclaration manuscrite dans laquelle Hubbard nie être son géniteur : « Fin , ta mère était ma secrétaire à Savannah… En , j’étais à Elizabeth, New Jersey, écrivant le scénario d’un film… Elle est réapparue sans ressources et enceinte ». Il déclare que Sara était un espion nazi pendant la guerre et l’accuse, elle ainsi que son nouveau mari, d’avoir intenté une action en divorce pour prendre le contrôle de la dianétique : « Ils ont obtenu une formidable couverture médiatique, rien de tout ceci n’est vrai. Ils avaient pris l’avocat en divorce le plus cher des États-Unis pour obtenir le contrôle de la fondation à Los Angeles. Ce fut un casse-tête, quand il n’y a pas de mariage légal, il ne peut y avoir de divorce légal ». Même si la lettre est clairement rédigée par Hubbard, qui parle à la première personne dans sa lettre, il signe : « Votre bon ami, J. Edgar Hoover ». Même son propre personnel est choqué par le contenu de cette lettre, il leur adresse donc cette déclaration : « la décence n’est pas un sujet bien compris ».

Ni Sara, ni Alexis, n’ont fait de nouvelle tentative pour contacter Hubbard. En , la veille de sa mort, il rédige un testament déshéritant Alexis. En , l’Église de Scientologie et Alexis concluent un arrangement financier en vertu duquel Alexis a l’interdiction d’écrire ou de parler au sujet de Ron Hubbard et sa relation avec lui. Une tentative a été faite pour lui faire signer un affidavit indiquant qu’elle était en fait la fille du premier fils de L. Ron Hubbard, son demi-frère, Ron Hubbard, Jr. (en).

Comme le fait remarquer l’United Press International, aucune biographie officielle d’Hubbard publiée par l’Église de Scientologie ne fait mention de l’une de ces deux premières femmes. Dans une de ces publications, l’Église gomme Sara d’une photo originellement publiée dans le Miami Daily News du . Une nouvelle version de l’histoire a été republiée, version dans laquelle, toute mention de Sara a été expurgée.

L’Église continue à relayer les allégations de Hubbard au sujet de leur relation. En , l’écrivain Lawrence Wright fait dire à Tommy Davis, le porte-parole de l’Église de Scientologie, successeur d’Hubbard, que celui-ci « n’a jamais été marié à Sara Northrup. Elle a demandé le divorce dans le but de créer un faux dossier disant qu’elle avait été mariée avec lui ». Elle se serait intégrée dans le groupe de Jack Parson parce qu’« elle a été envoyée là-bas par les Russes. Je ne peux prononcer son nom. Son vrai nom réel est un nom russe. Ce fut une des raisons pour L. Ron Hubbard n’a jamais eu une relation avec elle. Il n’a jamais eu un enfant avec elle, il n’a pas été mariée à elle. Mais il lui a sauvé la vie en la faisant sortir de ce cercle de magie noire. ». Après la sortie du documentaire, Going Clear d’Alex Gibney, réalisé d’après le livre du même nom, et citant des déclarations de Sara sur Hubbard, l’Église publia une vidéo. Dans cette vidéo, l’Église appele Sara, la « chercheuse d’or ratée » et « celle qui a admis s’être parjurée ». L’Église la déclara responsable « d’une combine pour s’enrichir rapidement [concoctée] par une femme et son avocat publicitaire affamé, cherchant à déstabiliser Hubbard, à lui prendre son argent, à prendre le contrôle de la Fondation pour la dianétique Hubbard, au moment où, Dianetics est en-tête des ventes de livres ».

Bien que Sara n’a jamais parlé publiquement contre son ex-mari depuis leur divorce, elle a rompu son silence en . Elle a collaboré avec Paulette Cooper, à la rédaction du livre The Scandal of Scientology (en) qui fut par la suite visé par l’opération Freakout (en) organisée par l’Église de Scientologie. Sara déclara à Cooper qu’Hubbard était un fou dangereux, et que, bien que sa propre vie avait été transformée quand elle l’a quitté, elle avait toujours peur de lui et de ses disciples, qu’elle décrira plus tard dont elle a décrit plus tard, ressemblant à « des Mormons, mais avec de mauvais caractères ». En , elle a été interviewée par l’ex-scientologue, Bent Corydon, plusieurs mois après la mort de Hubbard, ce qui diminue sa crainte de représailles. Des extraits de l’interview ont été publiés en dans le livre de Corydon, L. Ron Hubbard, Messiah or Madman? (en). En , elle meurt d’un cancer du sein, mais au cours des derniers mois de sa vie, elle a enregistré sur bande magnétique sa vision de sa relation avec Hubbard. Cet enregistrement est maintenant dans la collection, « Stephen A. Kent Alternative Religions » à l’Université de l’Alberta. Rejetant toute suggestion déclarant qu’elle était une sorte de « personne pathétique qui a souffert toutes ces années, à cause de ma liaison avec Ron », Sara a parlé de son soulagement quand elle a été en mesure de s’en séparer. Elle a déclaré « ne pas être intéressée par la vengeance, mais par la vérité ».

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « &nbsp

Los Angeles Galaxy Home JUNINHO 19 Jerseys

Los Angeles Galaxy Home JUNINHO 19 Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

().

Share This:

Mercatorbuurt

De Mercatorbuurt is een buurt in Amsterdam-West (tussen 1990 en 2010 Stadsdeel De Baarsjes) dry case waterproof cell phone case. De buurt is vernoemd naar het Mercatorplein dat vernoemd is naar Gerardus Mercator (Rupelmonde, 5 maart 1512 – Duisburg uk sock manufacturers, 2 december 1594) een cartograaf, instrumentmaker en graveur,

De Mercatorbuurt wordt begrensd door de Jan van Galenstraat, Admiralengracht, Postjeswetering en Orteliuskade. Het Mercatorplein vormt het hart van de Mercatorbuurt.

Amsterdam-Centrum · Amsterdam Nieuw-West · Amsterdam-Noord · Amsterdam-Oost · Amsterdam-West · Amsterdam-Westpoort · Amsterdam-Zuid · Amsterdam-Zuidoost · Amstel III · Admiralenbuurt · Amsteldorp · Andreas Ensemble · Apollobuurt · Banne Buiksloot · Bellamybuurt · Betondorp · Bijlmer · Binnenstad · Bloemenbuurt · Borgerbuurt · Borneo · Bos en Lommer · Buiksloot · Buiksloterham · Buikslotermeer · Buitenveldert · Bullewijk · Burgwallen Oude Zijde · Burgwallen Nieuwe Zijde · Centrumeiland · Chassébuurt · Chinatown · Cremerbuurt · Cruquius · Czaar Peterbuurt · Da Costabuurt · Dapperbuurt · De Aker · De Baarsjes · De Eendracht · De Heining · De Omval · De Pijp · Diamantbuurt · Driemond · Disteldorp · Dubbele Buurt · Duivelseiland · Elzenhagen · Erasmusparkbuurt · Floradorp · Frederik Hendrikbuurt · Gaasperdam · Gein · Geuzenveld · Gibraltarbuurt · Gouden Reael · Gulden Winckelbuurt · Grachtengordel · Haarlemmerbuurt · Hallenkwartier · Haveneiland · Helmersbuurt · Holendrecht · Hoofddorppleinbuurt · Houthaven · IJ-oevers · IJburg · IJdock · IJplein · Indische Buurt · Jan Maijenbuurt · Java-eiland · Jeruzalem · Jodenbuurt · Jordaan · Julianapark · Kadijken · Kadoelen · Kattenburg · Kinkerbuurt · KNSM-eiland · Kolenkitbuurt · Kop van Jut · Laan van Spartaan · Landlust · Lastage · Leidsebuurt · Marineterrein · Marken · Marktkwartier · Mercatorbuurt · Middelveldsche Akerpolder · Molenwijk · Museumkwartier · Negen Straatjes · Nellestein · Nieuw Sloten · Nieuw-West · Nieuwe Pijp · Nieuwendam · Nieuwendammerdijk en Buiksloterdijk · Nieuwendammerham · Nieuwmarkt · Noorderhof · Noordse Bos . Olympisch Kwartier · Omval · Oostelijk Havengebied · Oostelijke Eilanden · Oostelijke Handelskade · Oostenburg · Oosterdokseiland · Oosterparkbuurt · Oostoever · Oostpoort · Oostzanerwerf · Osdorp · Oud Osdorp · Oud-Oost · Oud-West · Oud-Zuid · Oude Pijp · Overamstel · Overhoeks · Overtoombuurt · Overtoomse Buurt · Overtoomse Veld · Park Haagseweg · Park de Meer · Plan West · Plan Zuid · Planciusbuurt · Plantagebuurt · Postjesbuurt · Prinses Irenebuurt · Rapenburg · Reigersbos · Riekerpolder · Rieteilanden · Rietlanden · Rivierenbuurt · Robert Scottbuurt · Ruigoord · Schinkelbuurt · Science Park · Sloten · Sloterdijk · Sloterdijk Centrum · Slotermeer · Slotervaart · Spaarndammerbuurt · Spieringhorn · Sporenburg · Staatsliedenbuurt · Stadionbuurt · Steigereiland · Transvaalbuurt · Trompbuurt · Tuindorp Buiksloot · Tuindorp Buiksloterham · Tuindorp Nieuwendam · Tuindorp Oostzaan · Tuttifruttidorp · Uilenburg · Van der Pekbuurt · Van Lennepbuurt · Venserpolder · Vlooienburg · Vogelbuurt · Vogeldorp · Vogeltjeswei · Volewijck · Vondelparkbuurt · Vrije Geer · Waalseiland · Watergraafsmeer · Waterlandpleinbuurt · Waterwijk · Weesperbuurt · Weesperzijde · Westelijke Eilanden · Westelijke Tuinsteden · Westerdokseiland · Westerpark · Westpoort · Willemspark · Wittenburg · Zeeburg · Zeeburgereiland · Zeeheldenbuurt · Zuidas · Zuideramstel

Share This:

Pelvicachromis

Pelvicachromis taeniatus

Pelvicachromis ist eine Gattung kleinerer Cichliden (Buntbarsche) in West- und Zentralafrika.

Die Gattung wurde 1968 durch den belgischen Zoologen Thys van den Audenaerde als Untergattung von Pelmatochromis aufgestellt, später jedoch in den Rang einer eigenständigen Gattung erhoben. Es sind acht Arten bekannt, von denen einige als Zierfische gehalten werden.

Die Arten dieser Gattung werden sieben bis zwölf Zentimeter lang, sind meist relativ attraktiv gefärbt und außerordentlich variabel. Sie bilden häufig eine Reihe von sich farblich unterscheidenden Lokalformen (Standortvarianten) aus. Gemeinsam ist allen Arten der charakteristische Sexualdimorphismus bei der Ausprägung von Dorsale und Anale, die beim Männchen spitz zulaufen, beim Weibchen dagegen abgerundet sind soccer tee shirts. Zudem sind die Männchen etwas größer, haben in Rücken- und Afterflosse sowie in den Bauchflossen längere Weichstrahlen als die Weibchen und sind häufig auch farbenprächtiger. Die Bauchregion laichreifer Weibchen ist auffällig rot oder violett gefärbt.

Pelvicachromis-Arten bewohnen langsam fließende, klare und sauerstoffreiche Gewässer in bewaldeten Gebieten. Das Verbreitungsgebiet liegt im Küstengebiet Westafrikas und reicht nur bis 150 km ins Landesinnere. Jungfische und adulte Tiere ohne Partner leben in kleinen Gruppen, Paare bilden Reviere, die eine Fläche von etwa 1 bis 2 m² haben. In der Natur ernähren sich die Fische vor allem von Algen, etwa Kieselalgen, und Detritus. Tierische Nahrung wie Insektenlarven oder die Eier von kleinen Krebstieren haben eine geringere Bedeutung.

Pelvicachromis-Arten sind monogame, revierbildende Höhlenbrüter small glass bottle. Im Gegensatz zu den meisten anderen Buntbarschen nimmt das Weibchen während der Balz eine aktivere Rolle als das Männchen ein. Die an die Decke, oder seltener auch an die Wände, des Unterschlupfs geklebten Gelege haben artabhängig einen Umfang von 70 bis 300 Eiern. Die Größe der weißgrauen bis hellbraunen Eier schwankt zwischen 1,3 und 1,8 Millimetern. Nach der Eiablage verbleibt das Weibchen beim Gelege, während das Männchen die Verteidigung des Reviers übernimmt. Die Larven schlüpfen nach drei bis vier Tagen und können nach weiteren vier bis fünf Tagen frei schwimmen. Die freischwimmenden Jungfische werden von beiden Elternteilen durch das Revier geführt. Während der Aufzucht wird der Nachwuchs vehement verteidigt und das Elternpaar reagiert auf Revierverletzungen äußerst aggressiv.

Pelvicachromis erreichen die Geschlechtsreife in einem Alter von vier bis sechs Monaten.

Drei weitere Arten, die zur Gattung Pelvicachromis gerechnet wurden, unterscheiden sich morphologisch und farblich von den heutigen Mitgliedern der Gattung. Sie werden größer, die Männchen etwa zwölf Zentimeter lang, sind schlanker und langgestreckter, haben ein spitzeres, stärker unterständiges Maul und zeigen in den meisten Stimmungen sieben oder acht senkrechte Bänder auf den Körperseiten. Außerdem unterscheiden sie sich in Details der Schädelmorphologie von Pelvicachromis. Diese Buntbarsche kommen nur in einem kleinen Gebiet in Guinea und Liberia vor. Für die drei Arten wurde Mitte 2016 die Gattung Wallaceochromis eingeführt. Es handelt sich um:

Die meisten Arten sind relativ einfach zu pflegen. Gegenüber artfremden Fischen sind sie sehr friedfertig (außer bei der Verteidigung der Brut), innerhalb der eigenen Art jedoch auch aggressiv. Außer in sehr großen Aquarien sollte daher immer nur ein Paar zusammen gehalten werden. Auf jeden Fall sollten den Fischen Versteckmöglichkeiten (Höhlen) zur Verfügung stehen.

Share This:

vad är det som är orsaken till att halsbränna medan du sprang?

symtom på halsbränna inträffar när fodret i matstrupen är irriterad av magsyra som backas upp med det.ett band av muskler på botten av matstrupen kallas lägre esofageal ringmuskeln, les.de les öppnar att mat i magen, och sedan stängs.om denna muskel blir svag, magsyra kan fly.detta kan orsaka en brännande känsla i bröstet eller hals, svårigheter att svälja, en kronisk halsont, dålig andedräkt och många andra symptom.olika utlösare av halsbränna symtom, springer kan vara en av dem.förändringar i livsstil kan hjälpa till att kontrollera symtomen.
om kroppen under stor ansträngning kan påverka förmågan hos de lägre esofageal ringmuskel till nära ordentligt.verksamheter såsom tungviktsboxning och cykla kan utlösa reflux, men mer intensiv träning som springer verkar vara den värsta, enligt en juni 1989 artikel i ”journal of american medical association.” halsbränna medan springer kan förekomma hos friska individer som inte får halsbränna vid något annat tillfälle.om dessa symptom inträffar, kommer det att bli nödvändigt att minska intensiteten av utöva en symptomfria nivå.det kan också bidra till att lära dig att slappna av de magmusklerna medan du sprang för att minska trycket på les.
vissa livsmedel kan utlösa halsbränna oavsett när det inträffar.men om halsbränna bara inträffar när jag sprang, kan det vara nödvändigt att vara försiktiga med den typ av livsmedel som konsumeras i en timme innan.vanliga livsmedel som orsakar halsbränna innefatta stekta eller feta livsmedel, choklad och pepparmint, citrusfrukter och drycker, ättika och tomatprodukter enligt de amerikanska gastroenterologisk association.det kan också vara nödvändigt för att undvika koffein.en stor måltid kan vara ytterligare ett problem, som en full mage kan göra halsbränna symtom.eftersom varje fall är annorlunda, en period av försök och misstag kan bli nödvändigt att hitta personliga av livsmedel.
med tättslutande kläder medan du sprang också kan utlösa halsbränna symptom.kläder som är för trång runt midjan och utöva påtryckningar på magmusklerna och kan hindra möjligheten för les till nära ordentligt.

Share This:

Всадники (Древний Рим)

Всадники (лат.&nbsp

United States Away JOHNSON 23 Jerseys

United States Away JOHNSON 23 Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

;equites, от лат. equus, «конь») — одно из привилегированных сословий в Древнем Риме.

Первоначально — в царскую эпоху и в раннереспубликанский период — это была сражавшаяся верхом патрицианская знать.

По реформе Сервия Туллия (VI век до н. э.) всадники, выделенные в 18 центурий best vacuum thermos, составляли часть высшего цензового разряда римских граждан.

Впоследствии, в связи с образованием в Риме нобилитета (III век до н. э.), всадники превратились во второе после сенаторов сословие. С развитием торговли и ростовщичества в разряд всадников стали вступать (по цензу) владельцы крупных мастерских, ростовщики.

К концу 20-х гг. II века до н. э. всадники превратились в особое сословие римского общества — финансовую аристократию, материальной базой которой было владение крупными денежными средствами и движимым имуществом. Обычными занятиями всадников были торговля и откуп налогов с провинций. Они образовали верхний слой общества в муниципиях, имели крупные поместья, занимали административные должности, были юристами и т. п. Хотя политическое влияние всадников было менее значительным, чем сенаторов, в их руках сосредотачивались огромные капиталы. Особое значение всадники приобрели в период гражданских войн поздней Республики как судьи.

С конца I века до н. э. (со времени Августа) звание всадника стало передаваться по наследству. С I века н. э. из всадников комплектовался командный состав армии; они занимали также ряд должностей по управлению провинциями (префект Египта, прокураторы и т. д.). Первым императором из сословия всадников был Макрин (217—218).

Сословие всадников в Риме просуществовало до IV века. При императоре Константине Великом (306—337) большая часть всадников была включена в разряд сенаторов.

Share This:

История Флоренции (книга)

наука, история

1532

Н. Я. Рыкова

«История Флоренции» (итал. Istorie fiorentine) — исторический труд Никколо Макиавелли, опубликованный посмертно в 1532 году kids football socks. Он является не только чисто историческим произведением, но теоретическим обобщением его идей running phone pouch.

После кризиса в отношениях Макиавелли с семейством Медичи, когда писатель был обвинён в участии в заговоре БоскиАльбергаччоСант-Андреа в Перскуссина[en], недалеко от Сан-Кашиано-ин-Валь-ди-Пеза. Выключенный на 14 лет из политической жизни, он сосредоточился на писательской деятельности — в том же 1513 году появился «Государь» и начаты Рассуждения на первую декаду Тита Ливия[en]. В 1518 году он закончил комедию Мандрагора[en], которую поставил в 1524 году.

8 ноября 1520 года Макиавелли получил заказ Флорентийского университета, возглавляемого кардиналом Джулио Медичи, на написание истории города. Законченная «История» была официально представлена заказчику, ставшему к тому времени папой Климентом VII, в мае 1526 года.

В своём произведении, анализируя деятельность Каструччо Кастракани, Козимо Медичи Старшего, Пьеро Медичи и Лоренцо Великолепного, Макиавелли показывает характерные качества государей-сеньоров и продолжает поиски идеального правителя. Не ставя целью дать последовательное изложение событий, автор сосредоточивает своё внимание на поворотных моментах истории города, причинах и ходе таких мятежей, как заговор Пацци.

Первая книга «Истории» охватывает период от Древнего Рима до XV века. Последующие три книги посвящены событиям до установления власти Медичи в 1434 году. Вторая часть труда, состоящая из четырёх книг, доведена до смерти Лоренцо Медичи в 1492 году.

«Историю Флоренции» высоко ценил К. Маркс, считая её шедевром.

Share This:

Philippine Independence Day Parade

The Philippine Independence Day Parade is a celebration for the Filipino American community in the United States home to more than 3.4 million Filipinos. Its main purpose is to create awareness of Philippine culture and to raise funds for charity projects in the Philippines and the United States.

Philippine Independence, as a celebration in America, has gained cultural awareness prominently after the 21st century began. Earlier generations of Filipino immigrants did not celebrate Philippine Independence in significant ways. Philippine Independence Day is widely celebrated among Filipinos in the United States and is now a major event for many Filipino Americans to rekindle their roots and heritage.

The largest among Philippine Independence celebrations in the United States takes place in New York City every first Sunday of June glass camelbak water bottle. The Philippine Independence Day Parade in New York City attracts over 100,000 people.

The 2016 Philippine Independence Day Parade in New York City took place on June 5, 2016, on Madison Avenue, following the tradition of the celebration being on the first Sunday of June.

Together with the Filipino American community, the Philippine Consulate General in New York created the Philippine Independence Day Committee (PIDC) to commemorate the birth of Philippine Independence.

Established in 1990 during Consul General Hermenegildo Garcia’s term, PIDC is an ad hoc committee with a life cycle of one year. All consuls general would later become honorary overall chairperson. The position of overall chairperson is elected every year. The winner in the election will then appoint the rest of her/his executive committee.

At first, the theme of each year’s celebration is handed down from the Government of the Philippines in Manila. Later on, the overall chairperson chooses the theme for her/his term. The coat of arms of the Republic of the Philippines is the centerpiece of the PIDC logo and PIDC’s official address is that of the Philippine Consulate in New York. Checks payable to PIDC are mailed to and received by the Philippine Consulate and handed over to PIDC football shirts wholesale. All PIDC meetings, with rare exceptions, are conducted at the Consulate.

The Philippine Independence Day celebration in the northeastern United States includes not only New York but also the twelve states under the jurisdiction of the Philippine Consulate General in New York, namely, Connecticut, Delaware, Louisiana, Maine, Massachusetts, New Hampshire, New Jersey, Oklahoma, Pennsylvania, Rhode Island and Vermont. Depending on the theme each year, the overall chairperson may expand and invite other areas to participate in PIDC’s many activities.

Traditionally held along Madison Avenue from 37th to 25th Streets in Manhattan, the climax of the preparation, the Philippine Independence Day Parade, Street Fair and Cultural Show, held on the first Sunday in June each year is the biggest celebration of Philippine Independence outside the Philippines. The Street Fair and Cultural Show take place on the east side of Madison Square Park. The festivities include a beauty, brains and talent contest that concludes in the Diwa ng Kalayaan (Spirit of Independence) Selection and Coronation Pageant and Gala, Philippine Independence Ball (the culminating festivity of the annual commemoration held on the Saturday after the first Sunday in June), An Evening with the Consul General, the Grand Marshal Gala, other fund raising activities, special cultural presentations and other events that may be initiated by the overall chairperson.

The Philippine Consulate extends its support and guidance to the PIDC from inception to culmination of the annual event. It begins with the sending of invitations to community leaders to a general meeting, election of overall chairperson, and in the planning and execution of activities up to Appreciation Night where the Consul General awards certificates of appreciation to PIDC officers and members.

Since 1993, there were calls for incorporation of PIDC. On September 8, 2001, with the election of the overall chairperson, the members of the Filipino American community were also given the chance to cast their vote on the incorporation of PIDC. Results showed that majority of Filipino Americans are in favor of incorporating PIDC. With paperwork and processing, an incorporated PIDC will take over the reins of the annual commemoration in 2003. Hence, 2002 was PIDC’s last year under the auspices of the Consulate General of the Philippines, New York.

The Philippine Independence Day Council, Inc. (PIDCI) was issued its certificate of incorporation on February 14, 2002 and the new corporation took over the planning, organizing, production, execution, direction and presentation of the annual New York commemoration of the anniversary of the declaration of Philippine Independence. Under the bylaws of PIDCI, the Philippine Consul General in New York remained as an honorary adviser and the commemorations were held ”with the cooperation of the Consulate General of the Philippines”.

The Philippine Independence Day Parade, like any major New York City parades, has a set schedule for its annual celebration. Its usual slot is the first Sunday of June. Since its inception in 1990, the parade has steadily garnered attention not only from the Filipino American community, also from the general population of the New York metropolitan area.

The Philippine Independence Day Council, Inc., which was preceded by the ad-hoc community organization Philippine Independence Day Committee under the auspices of the Consulate General of the Philippines in New York, has been criticized for failing to invite prominent leaders and figures to join the annual event. Also, the council, and the committee before that, has been continuously called on to allow younger Filipinos and Filipino Americans to collaborate in organizing the Philippine Independence Day Parade as opposed to the usual older generation of Filipinos, who are members of the current organizing group. The annual parade also experiences protests from several Philippine civic and political groups.

Several celebrations dedicated to Philippine Independence are done throughout the world. An example of this would be a smaller annual Philippine Independence Day Parade held in early June in Passaic, New Jersey. This parade is organized by a large Filipino and Filipino-American organization known as the Philippine Day Organizing Council (PDOC). Another major Philippine parade is held in New Jersey called the Philippine-American Friendship Day Parade in Jersey City, New Jersey, it is held every fourth Sunday of June to celebrate Philippine-American Friendship Day, which is July 4. The Philippine government declared July 4 every year as Philippine-American Friendship Day after the celebration of Philippine Independence Day was moved from July 4 to June 12.

Toronto hosts an annual Philippine Independence Day Celebration.

British Columbia celebrates an annual Philippine Days Festival event at the Waterfront Park in North Vancouver. This 2-day festival, attended by some 25,000 Filipino Canadians and other cultural minorities, is usually held on the second weekend of June, and organized by the Metro Vancouver Philippine Arts and Culture Exposition Society (MVPACES). The highlight of the celebration happens on the second day where festivities begin with a flag raising ceremony at the City Hall of North Vancouver, then everyone proceeds to the Waterfront Park where a Park Parade starts the grand opening ceremony. The Royal Canadian Mounted Police (RCMP) escorts the Canadian Flag, while leading Filipino organizations take turn each year to bring in the Philippine flag for the mass singing of the two national anthems. All throughout the 2-day spectacle are stage presentations of traditional Philippine music and dance, a showcase of Filipino talents and entertainment, games, raffle prizes and kid’s playland cheap socks wholesale. Filipino cuisine and merchandise fill the park where Filipino Canadian families gather and celebrate. The City and District of North Vancouver play hosts to the event along with the Philippine Consulate General in Vancouver, British Columbia.

San Francisco celebrates Philippine Independence Day annually at Union Square. The Philippine flag is raised at the San Francisco City Hall every June 12 as a commemoration of the event and for San Francisco’s large Filipino community water bag running.

Seattle celebrates Philippine Independence Day through the ”Pagdiriwang Festival,” held every June at the Seattle Center.

A smaller annual Philippine Independence Day parade is held in early June in Passaic, New Jersey.

By letter dated April 12, 2006, the Office of the Attorney General of the State of New York (OAG), cancelled the Philippine Independence Day Council, Inc.’s (PIDCI) registration to solicit contributions. The OAG’s Charities Bureau Registry found that PIDCI had been delinquent in filing annual financial reports for 2003, 2004, and 2005, and gave PIDCI until May 12, 2006 to re-register, file all delinquent reports, pay delinquent fees, and remit a re-registration fee of $150. The PIDCI Presidents for the years in question were Reuben Seguritan, Esq., Rogelio Alama, and Nimia Lacebal, respectively; while the Overall Chairpersons for those years were Nena Kaufman, Lolit Gillberg, and Nimia Lacebal, respectively. The OAG’s action may affect PIDCI’s fundraising and planning for the 2006 Philippine Independence Day Parade scheduled for June 4. Days after the OAG’s letter, the New Jersey Attorney General’s Office (”New Jersey AG”) informed PIDCI by letter dated April 26, 2006 that it had to register with the New Jersey AG’s Charities Registration & Investigation Unit if PIDCI planned to hold charitable events and solicit funds in New Jersey. The New Jersey AG’s Office gave PIDCI until May 11 to comply.

Share This:

Durham School of the Arts

Durham School of the Arts (DSA) is a secondary magnet school located in downtown Durham, North Carolina, United States, housing 1,381 students best water bottle to drink. Its focus is on the visual and performing arts.

Arts offerings include 3D and 2D art, chorus, dance, guitar, strings, band, piano, acting, technical theatre, writing, digital media, game art design, and photography. Teachers of all subjects are encouraged to incorporate the arts into their teaching to maximize student engagement. Composite test scores from 2009 are in the top 25% in the district among high schools, and exceed the state average. Approximately 200 students are enrolled in each grade.

Students enroll through a lottery system and can be entered into this lottery as early as the sixth grade. The only way to get into DSA is through the school lottery. Students living near the school do not automatically gain enrollment, although many have made it into the school through the official lottery. Most students are admitted in 6th grade, though there are no rules prohibiting entrance after that age, as there is some turnover in higher grades. The primary year for turnover is 9th grade, when many students transfer to other area high schools.

Durham School of the Arts is housed in the former Durham High School building near the Trinity Historic District. During racial segregation Durham High School primarily served the white community of Durham, whereas Hillside High School served the black community.

Opening in 1906, Central High School, which was located on Morris Street, educated Durham’s white high school students until 1922. The building was then converted to Durham’s City Hall and is now the home of the Durham Arts Council (also known as Royall Center for the Arts).

In 1922, Durham High School replaced Central High School on property that once belonged to Brodie L. Duke. In 1926, Central Junior High School opened on property adjacent to Durham High School. The building was renamed Julian S. Carr Junior High School in 1945. Carr Junior High closed in 1975 when a new middle school was opened. At that time, the Carr building became part of the Durham High School campus.

By the 1970s the population of Durham High School had changed from largely white to mostly black. Durham High School closed as a traditional high school in 1993, the principal at the time was Mr. Anthony D. Jackson. Mr. Jackson led the initial planning of the programming for what would eventually become the new magnet program at Durham High School (Durham Magnet Center, later Durham School of the Arts) water bottle holder running.

Durham School of the Arts first opened in 1995 as Durham Magnet Center, a middle school. The school added a grade each year for four years until the school reached grades six through twelve. DSA graduated its first high school class in 2000.

In May 2005, Durham School of the Arts performed The Laramie Project, a controversial play depicting the murder of Mathew Shepard. Ten members of Fred Phelps’ Westboro Baptist Church came from Topeka, Kansas to protest the show, the actors, and director, Douglas J. Graves. Although Fred Phelps wasn’t present, relatives were including his son, Jonathan Phelps, and his twelve-year-old granddaughter, Grace Phelps-Roger. Phelps did describe the school as ”the fag-infested Durham School of the Arts” and said that the Laramie Project was a ”propaganda play”. Signs held by the group included ones that said ”Thank God for Sept. 11.”, ”The Pope is in Hell”, and ”God Hates Fags”. The Christian group also protested in front of various area churches. However the Westboro Baptist Church did not gain much support and was met by over 200 counter-protesters.

Since opening in 1995, Durham School of the Arts has had five principals:

The campus consists of six semiconnected buildings: the Julian S workout belt to hold phone. Carr Building, the Black Box Theater (formerly the Durham High School auto shop), the Media Center, the Weaver Auditorium, the Main Building, the Gymnasium, and the Science Academy Building (often called the Science or Academy Building), as well as the recently completed New Building, housing 8th and 9th grade classes, along with the high school English department. The new building uses the letter ”T” in front of its classroom numbers for ”Transition” Building (as in the transition from middle to high school).

The Julian S. Carr Building or Carr Building, named in honor Julian Shakespeare Carr, originally housed students at Carr Middle School. The middle school was closed to make way for Durham School of the Arts. Classes in the Carr Building were usually Language Arts or Social Studies as opposed to those in the Science Academy building, which houses more mathematics and science. The Carr building has four stories (including a basement), its own gym, and dance rooms. The building was built in the 1920s. A $194.2 million bond was proposed to put $15,141,636 towards repairs on the Carr Building, which showed signs of aging. In the 2007- 2008 school year, the third floor and basements were sealed off, leaving just the first and second floors occupied; in the 2010-2011 school year, the building was closed completely for repairs. In the fall of 2011 the renovated Carr building was reopened. It currently holds 6th and 7th grade classes.

Durham School of the Arts’s main building’s first floor contains classrooms, the main cafeteria, and the central and guidance offices. The sixth grade classrooms are housed in the Carr Building as of 2011, as are the seventh grade’s, while many elective classrooms are scattered throughout the campus.

The Black Box Theater is where all the theater classes are taught. There is a large open space used for theater shows. The Black Box Theater is two stories high and the home to almost all of Durham School of the Arts’s theater productions. Originally the Black Box was the auto shop when the school was Durham High.

The Science-Academy Building (or the Academy Building) is a two-story building located behind the main building. Classes taught there are mostly science, and mathematics. The Academy building is on the direct opposite end of the school from the Carr Building and is located right next to the bus parking lot.

The Weaver Auditorium is a building used for speeches, presentations, and open houses. The Weaver Auditorium has 1,600 seats.

Although there is a gymnasium in the Carr Building, Durham School of the Arts has a semiconnected building as a gymnasium. This building has three stories, including a basement, the basketball courts, coach offices and changing areas, and one for audience seating.

As part of the Durham Public School System 2003 Bond Project. $6,759,600 was donated for the construction of a new building that has not yet been named. Construction for the building began in September 2007 and was completed in February 2008. The new building is 30,968 square feet (2,877.0 m2). Now that construction is complete, many classes have moved there from the Carr Building to make room for the construction currently happening for the Julian S. Carr Building

Besides Durham School of the Arts’s main building there are several other points of interest at the school. In DSA’s garden, called the Big Hearted Garden, there is a memorial in honor of three students, Aaron Morgan and Jonathan Henderson, who died in 2005 and 2006 of heart ailments, and Bennie Vanhook, who was shot and killed in December 2006. Morgan was fifteen years old, Henderson fourteen, and Vanhook seventeen. There are also two parking lots, one for cars in front of the Main Building and one for buses next to the Academy Building.

DSA is the only high school in the DPS system that does not operate on a block schedule. This means that while other high schools offer eight classes a year, four per semester or every other day throughout the year, DSA offers seven yearlong classes, along with semester-long classes for middle school and a limited selection for high school.

Unlike many other schools in the area, DSA follows the integrated math system, consisting of Integrated Algebra and Geometry (IAG) I through III, as well as IAG IV Social and Quantitative. IAG IV Quantitative (IAG IV Q) is pre-calculus.

In February 2007, DSA was named and recognized as a national School of Excellence due to their curriculum, diversity, and high standards.

At DSA 6th and 7th-graders are divided into ‘teams.’ In sixth grade you are either a ‘Knight’, or a ‘Dragon’. Both teams have their own space in the Carr Building. These areas contain all of a teams’ core classes-mathematics, language arts, social studies and science, along with the lockers of the members of the teams. They are separated by a hallway.

In 7th grade, interteam communication is encouraged. The two teams, the ‘Navigators’ and the ‘Explorers,’ are the 7th-grade teams also in the Carr Building along with the 6th grade. No physical boundary separates the areas, but students are not allowed to go onto the other team’s hallway during their core class hours—1st period through 4th period.

Eighth-graders are allowed freedom similar to that of high schoolers and are not divided into teams. They have lunch with and take electives with high schoolers, unlike the 6th and 7th-graders who eat lunches with their classes. They have the option to take P.E. as a semester long class, rather than a year-long class alternated with a study hall period.

High schoolers have the option of taking Advanced Placement (AP) courses. These include AP English III (Language and Composition), AP English IV (Literature and Composition), AP Statistics, AP Calculus AB, AP Physics C Mechanics, AP Chemistry, AP Environmental Science, AP Biology, AP US History, AP World History, AP European History, AP Psychology, AP French V, AP Spanish V & VI, AP Art History, AP Studio Art, and AP Music Theory. They are also offered the opportunity to take Independent Study classes to study subjects not offered there.

High schoolers also have the option of taking honors level courses in both core classes and electives.

In 2007, DSA’s high school was ranked as the 346th best high school in America by Newsweek, making it the 22nd best school in North Carolina according to Newsweek.

Share This:

hur får man ett platt mage som beyonce är

beyoncé knowles är en mega popstjärna som flaunts hon passar, flexibel kropp – – på scen i videor på gaļas… och även att stödja fru michelle obamas ”flytta” kampanj för att bekämpa fetma hos barn.en ny kärlek till veganmat, en atletisk regim på gymmet och timmar av repetitionen hålla beyonce i toppform, med ben, muskler och abs att avundas.beyoncé är platt mage kommer från hårt arbete, tillräcklig hydrering, engagemang för att städa och äter en genetisk välsignelse.
under 2015, beyonce tappade extra kilo för delvis på grund av veganmat hennes tränare marco borges främjas i sin bok ”22 dagar revolution.” en övergång till växten livsmedel och mest förolämpar alla kött, mjölk, ägg och andra animaliska produkter, hjälpte beyonce vikt efter sin dotters födelse.frukost omfattar livsmedel såsom fullkornsbröd toppad med avocado och röd peppar, mandel smör på rostat bröd med hemgjord müsli och bär grönt smoothies.lunch och middag kan bestå av quinoa och stuvade bönor, linser, eller en stor sallad.alkohol är också förbjudna i kosten och beyonce även undviker soja och gluten.
beyoncé är en aktör, så repetitionen är en del av hennes veckliga träning rutin.hon också omfattar intensiv utbrott av verksamheten under utövandet såsom hoppande upphopp, böjer sig laterala bänk humle och vända squat sparkar.att föra in sådana utbrott av högintensiva arbete i en steady – state cardio rutin, såsom en rask promenad eller ljus jogga, som är känt som högintensiva intervall utbildning, som är mer effektiv för feta förlust än att jobba på en jämn takt, enligt ett dokument som offentliggjordes under 2011 i dagboken fetma.det här hjälper dig att förlora det fettlager på magen så att du kan visa upp skulpterade ab muskler.en träning kurs i beyonce är danssteg och träning program innebär en timme för hip – hop hjärt -, komplett med danssteg så får du se på musikvideor.deltagande i ett träningspass, såsom detta hjälper dig att bränna extra kalorier och banta ned för att avslöja smickrar abs.
sådana grundläggande drag i beyonce är träning rutinmässigt inkludera stod sida situps, under vilket du gör en sida bend, där du med ditt knä att möta din armbåge från en stark och stående ställning, förklarar beyonce är tränare, marco borges, i en intervju med elle tidning.en hel kropp crunch med en medicinboll gör också en regelbunden närvaro i beyonce är grundläggande utbildning.lägg dig på rygg och hålla en medicinboll över ditt huvud.kom upp till en v-sit, ta bollen med dig.nybörjare får gå utan den vägda boll.danssteg, som höft – kretsar, twerks och ab rullar, också utbilda beyonce är grundläggande.beyoncé är avundsvärt mitt är inte ett resultat av enbart vändningar och situps.hon deltar i kroppens totala styrka är att hjälpa henne att stanna mager och skulpterad.boxning stil igen medan du håller handen vikter, ska man spänna skinkorna broar och framåt upphopp också är en del av hennes nummer.
beyoncé kropp är endomorphic. det är kurvig med full höfter och en liten midja.inte alla kvinnor har denna typ av person och inte alla kvinnor kan förvänta oss att se ut som beyonce.efter hennes träning och diet rutin kan hjälpa dig i form, men det kommer inte att garantera att du får henne abs, bak eller lår.men du kommer att uppnå ett friskt och starkaste version av din kropp.i slutändan, platt mage kommer från att förlora alltför fet via motion och en kalorireducerad äter plan.minimering av livsmedel som orsakar svullnad, såsom några konstgjorda sötningsmedel och fiberrik grönsaker, hjälper också.

Share This:

Alvin Tyler

Alvin ”Red” Tyler est un saxophoniste et arrangeur de rhythm and blues et de neo-bop jazz (en) né le à La Nouvelle-Orléans et mort dans la même ville le , âgé de 72 ans.

Né à La Nouvelle-Orléans, Tyler a grandi en écoutant les marching bands. Il a appris le saxophone dans la Navy, et en 1950 il rejoignit l’orchestre de rhythm and blues de Dave Bartholomew et fit son premier enregistrement avec Fats Domino sur The Fat Man, puis continua à enregistrer avec Little Richard, Lloyd Price, Aaron Neville, Lee Dorsey, Dr. John et d’autres musiciens de rhythm and blues.

Alors que le succès du rhythm and blues s’essoufflait, à la moitié des années 1960, il fut marchand d’alcool en disant que le salaire régulier lui permettait d’apprécier les cachets occasionnels. Il eut notamment l’occasion de jouer avec les sommités du jazz à La Nouvelle-Orléans Ellis Marsalis, Jr.&nbsp wholesale childrens socks;(en) et Johnny Adams. Il fonda également son propre orchestre de jazz avec lequel il se produisit dans les clubs de La Nouvelle-Orléans. Alors qu’il avait fait sa carrière en studio au saxophone baryton, il s’orienta sur le saxophone ténor. Finalement, en 1986, il enregistra deux albums de jazz pour Rounder Records : Graciously et Heritage football shirts online, avec Johnny Adams et Germaine Bazzle au chant. Il enregistra un dernier album en 1998 intitulé Simply Red chez Westside Records.

Share This:

gucci veske | Kelme Outlet

MCM Rucksack | Kelme | maje dresses outlet| maje dresses for sale

kelme paul frank outlet new balance outlet bogner outlet le coq sportif outlet handla nätet nätet handla